Trois questions à…

 Trois questions à…

Stéphanie LAMORA, conseillère municipale déléguée à la Petite enfance

Depuis le début de la crise sanitaire, Stéphanie est en première ligne, avec les agents de la ville, face aux conséquences du confinement pour les (futurs) parents de jeunes enfants. Elle revient sur les actions menées par la municipalité et expose son analyse quant à l’après-crise ainsi que du rôle que peuvent jouer la Ville, les professionnels et les familles nanterriennes dans cette optique.

Notre pays est de nouveau confiné depuis le 20 mars dernier. Quels sont les mesures mises en oeuvre par la municipalité pour soutenir les professionnels et agents de la ville  en charge de la petite enfance particulièrement touchés par les nouvelles mesures de restriction ?

Dès l’annonce du troisième confinement, la Ville a rapidement pris ses dispositions en maintenant l’ouverture du multi-accueil « Petit Prince ». Avec une capacité de 42 places et douze agents/professionnels de la petite enfance mobilisés, cette structure est à la disposition des publics prioritaires dépourvus de solution de garde. Tout le monde a répondu présent, à commencer par le personnel ainsi que les directrices et directeurs de centre d’établissement, que je tiens à cette occasion, remercier pour leur mobilisation dans ce contexte difficile. Malgré la situation, les enfants s’adaptent bien et nous n’avons, pour l’heure, pas rencontré de difficultés.

La Ville soutient depuis le début de la crise les familles nanterriennes et a réaffirmé son engagement lors du vote du budget 2021. Peux-tu nous rappeler les principales mesures pour la petite enfance ?

La municipalité a reconduit les principales mesures mises en œuvre durant le confinement du printemps 2020, comme naturellement l’exonération des prestations aux familles pour la durée de la fermeture de l’établissement mais également l’accompagnement des parents dans leurs démarches administratives. A ce propos, nous avons maintenu la possibilité pour les familles d’effectuer l’inscription de leur enfant en crèche, en ligne, tout en maintenant pour celles et ceux qui le souhaitent, la rencontre physique avec les agents de la Ville. Cette initiative a pour but de faciliter les relations avec l’administration dans le cadre d’un service public fort et de qualité, malgré un contexte contraint.

Comment la Ville prépare-t-elle à l’après-crise et quel rôle les professionnels de la petite enfance ainsi que les familles peuvent-elles jouer sur notre territoire ?

La crise sanitaire doit nous donner l’opportunité de nous mettre en perspective et d’innover, même si la municipalité n’a pas attendu la COVID19 pour présenter une feuille de route claire aux Nanterriennes et Nanterriens. Actuellement, notre commune dispose d’une offre large et diverse regroupant l’accueil collectif (crèches), des accueils familiaux, ainsi qu’un réseau dense d’assistantes maternelles indépendantes, le plus important de la région après Paris et Argenteuil, le premier dans le département.

Nous avons pour objectif et ambition d’étoffer notre dispositif en portant une attention particulière sur les quartiers en tension. Des projets de grande ampleur sont, par ailleurs, prévus : une nouvelle crèche municipale  dans le quartier des Groues ainsi que la démolition puis la reconstruction de la crèche des Pâquerettes. Nous souhaitons également promouvoir les structures d’accueil familial, une solution sur mesure qui allie assistantes maternelles et collectivité. L’accent, par la suite, doit être porté sur l’amélioration et la simplification de la réponse apportée aux parents, toujours avec l’indispensable transparence concernant l’attribution des places en crèche. Pour rappel, les critères sont définis en fonction de l’ancienneté de la demande et du choix des familles. Enfin, et de façon plus large, nous souhaitons lancer d’autres projets autour de l’accompagnement à la parentalité.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.