« Pour sauver les services publics » – Intervention de Joseph Nonga #Legislatives #circo9204

 « Pour sauver les services publics » – Intervention de Joseph Nonga #Legislatives #circo9204

Socialistes, insoumis, écologistes, communistes, gauche citoyenne… nous étions nombreux et réunis ce jeudi 2 juin, à la Mairie de Nanterre, autour Sabrina Sebaihi, candidate de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES) pour les élections législatives dans la 4ème circonscription des Hauts-de-Seine.

A cette occasion, Joseph Nonga, conseiller municipal en charge des Transports publics et secrétaire du PS Nanterre, est intervenu sur la thématique des services publics. Face au cynisme et à la logique du « tout-libéral » de Macron, il est temps non seulement de protéger mais aussi de défendre notre patrimoine !

Retrouvez l’intégralité de son discours en lisant le texte ci-dessous :

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

Chers camarades,

Martine Aubry, ancienne ministre socialiste et actuelle Maire de Lille, avait souvent pour habitude de dire, lorsqu’elle occupait la fonction de Premier secrétaire du PS :

« Le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’ont rien ».

Pour bon nombre d’entre nous, avoir une école près de chez soi, accéder à un hôpital, profiter d’activités sportives ou culturelles ou tout simplement se déplacer aisément via des transports publics de qualité et performants, ce n’est pas seulement une évidence, c’est une véritable nécessité, en particulier pour les plus fragiles ou les plus isolés. L’épisode pandémique que nous avons toutes et tous connu, ces derniers mois nous a rappelé combien il était précieux de préserver ce bien collectif et inestimable que sont les services publics, facteur de cohésion sociale de notre société.

Ce patrimoine n’en demeure pas moins fragile. Pire, il n’a cessé, durant ces cinq dernières années, de subir les attaques multiples et brutales d’un exécutif déterminé à faire de sa start-up nation, une réalité redoutable. Remise en cause du statut de la SNCF, ouverture à la concurrence dans les transports publics, crise de l’hôpital public, scandales à répétitions dans les EHPAD, mépris assumé envers les acteurs culturels, malaise et mal-être profond des personnels de l’Éducation nationale… la liste n’est pas exhaustive et le constat est sans appel. Jamais les services publics et celles et ceux qui l’incarnent n’auront été autant maltraités avec force et violence par ce gouvernement qui n’entend pas s’arrêter en si bon chemin, malgré quelques vagues et abstraits engagements.

A Nanterre, comme à Suresnes, nous savons combien les services publics, de l’État comme des collectivités territoriales, contribuent au développement et au dynamisme de notre territoire et comment ils font partie intégrante de la vie quotidienne de nos compatriotes. Ils sont un élément majeur d’égalité des droits mais aussi de citoyenneté. Cette double-exigence nous incite à faire preuve d’engagement, de mobilisation sans oublier de vigilance, sur un plan humain comme logistique. Concrètement, protéger nos services publics, cela passe par des propositions audacieuses, ambitieuses et innovantes. Protéger nos services publics, c’est aussi défendre et garantir leur accès ainsi que leur qualité à nous toutes et tous.

Protéger nos services publics, c’est investir massivement pour assurer leurs missions et leur viabilité. En clair, protéger nos services publics, c’est plus de services publics pour les habitants, c’est plus pour notre territoire.

Le programme de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) s’inscrit dans cette ambition et cette exigence, en particulier pour l’hôpital qui reste dans une situation très tendue. Les choses sont claires : nous avons besoin d’un service public de la santé performant et digne de ce nom dans notre pays ! Il faut préserver, renforcer, moderniser nos hôpitaux mais également recruter, former et revaloriser en masse du personnel soignant sans oublier de favoriser la présence de généralistes et de spécialistes sur l’ensemble du territoire.

 A Nanterre et à Suresnes, nous savons combien cette question est importante, pour ne pas dire cruciale. Nous sommes et serons particulièrement vigilants sur la situation des deux établissements présents sur la circonscription – Max Fourestier à Nanterre et Foch à Suresnes – et nous veillerons à ce que le personnel dispose de moyens nécessaires à l’exercice de leurs missions. Nous soutiendrons également toute mesure visant à encourager l’implantation de médecins généralistes et spécialistes sur notre territoire, en particulier au sein de nos quartiers populaires. Enfin, nous devons faire preuve d’audace en défendant le principe de santé environnementale (afin de lutter contre toutes les pollutions).

L’éducation est un autre élément indispensable et nous ne le savons que trop bien. Un service public fort doit bénéficier de moyens indispensables et conséquents.
Dans le cadre de l’égalité et l’émancipation, nous soutenons l’objectif « Zéro décrocheur » pour renforcer les dispositifs de rattrapage scolaire, le renforcement des moyens et la revalorisation des personnels de l’Éducation nationale, la création d’un véritable service public d’accompagnement des élèves en situation de handicap mais aussi la mise en place d’un système de soutien scolaire public et gratuit, afin de lutter contre l’échec scolaire. Ces dispositions entre autres, nous permettront d’agir auprès de l’État pour que les écoles, collèges et lycées de notre circonscription disposent de moyens supplémentaires en enseignants, en dotations horaires et également de mener à bien le projet de collège international dans le quartier du Parc Sud à Nanterre.

Pour finir, il n’est pas possible d’évoquer davantage les services publics sans mentionner la culture et les arts particulièrement mis à mal durant le précédent quinquennat. La NUPES propose, de façon audacieuse, de porter le budget dédié à l’art, à la culture et à la création à 1% du PIB/an. En effet, l’accès à la culture ne peut se reposer uniquement sur le soutien et le volontarisme des collectivités. A ce titre, l’État doit non seulement assurer sa contribution mais aussi assumer son rôle d’impulseur en soutenant les artistes.

Voter pour Sabrina Sebaihi le 12 juin prochain, voter pour la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale : la NUPES, c’est voter pour des services publics innovants, en soutien des territoires et à l’efficacité renforcée.

Continuons de défendre plus qu’un patrimoine…notre héritage !

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.