Conseil municipal du 5 juillet – Intervention de Didier Debord

 Conseil municipal du 5 juillet – Intervention de Didier Debord

La présentation du compte administratif est un passage obligé dans toute collectivité territoriale. C’est un exercice qui nous permet d’expliquer, à nos concitoyennes et citoyens, notre stratégie en matière de gestion financière, avec pédagogie et transparence. A ce titre, je tiens à remercier les services de la Ville et tout particulièrement la Direction des Finances pour ce rapport détaillé et de grande qualité.

Malgré un contexte sanitaire difficile et encore persistant, Nanterre a poursuivi une politique financière responsable et innovante, tournée vers les habitants et dont nous pouvons tirer les enseignements suivants :

La COVID19 a fortement et durablement impacté les finances de la ville. Je ne vous apprends rien mais il me paraît essentiel de le rappeler. Face à cette crise inédite et particulièrement anxiogène, notre municipalité a, dès le départ et conformément aux valeurs qui lui sont propres, fait le choix de la solidarité envers les plus fragiles d’entre nous. Ce choix assumé a, bien évidemment, engendré des dépenses supplémentaires, notamment en personnel, afin de garantir un service public de proximité et de qualité, soutenir nos commerçants locaux, exprimer notre attachement aux acteurs de la Culture, mais également protéger nos agents, longtemps restés en première ligne. En 2020, la crise sanitaire aura ainsi pesé entre 10 et 13 millions d’euros dans les comptes de la Ville, une somme très partiellement compensée malgré les aides exceptionnelles que la commune a pu bénéficier. Une situation aggravée par le désengagement manifeste et continu de l’État et je tiens, une nouvelle fois, dénoncer le traitement injuste que subit notre ville qui, une fois encore, doit assumer une nouvelle baisse des dotations.

En dépit de cette période particulière, la Ville a su maintenir sa capacité d’investissement à un très haut niveau, en diversifiant ses ressources ainsi que ses dépenses. Une stratégie qui s’est traduite par l’adoption en mars dernier, dans le cadre du Budget primitif que nous avons récemment voté, d’un programme d’investissement pluriannuel ambitieux et donnant la part belle à l’éducation, au logement,  à la prévention, ou bien encore aux solidarités, pour ne citer que quelques-uns.

Je ne peux terminer mes propos sans vous évoquer la dette de notre ville qui, tout au long de l’année dernière, a poursuivi une gestion saine et efficace de celle-ci. Pour rappel, la dette globale par habitant s’élève, fin 2020, à 1 577 euros, soit une réduction de 24 euros en un an contre 2 400 euros pour Rueil-Malmaison. Parallèlement, l’encours global poursuit sa baisse constante et notre ville confirme sa capacité de désendettement en portant celle-ci à 10 ans, bien en deca du seuil de référence porté traditionnellement à 12. Au-delà des chiffres et des données, les différents rapports qui vous ont été présentés confirment qu’une gestion rigoureuse et responsable n’est pas incompatible avec des politiques publiques axées sur la solidarité capables de répondre en toute circonstance, aux besoins de Nanterriennes et Nanterriens, préparant ainsi l’avenir de notre commune de manière réaliste, ambitieuse mais surtout déterminée. Tout cela dans la ligne droite des engagements pris devant nos concitoyennes et citoyens.

Je vous remercie.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *