Conseil municipal du 14 février – Intervention de Didier Debord

 Conseil municipal du 14 février – Intervention de Didier Debord

Le Rapport d’orientations budgétaires est un exercice traditionnel de notre conseil municipal dans lequel est présenté et explicité la stratégie de notre collectivité ainsi que ses perspectives en matière de maitrise des dépenses et de recettes. L’occasion, une nouvelle fois, de saluer le travail de la Direction des Finances et des Achats qui nous a produit un document de qualité et précis, indispensable pour accompagner et approfondir notre réflexion.

Nous débattons de la question budgétaire dans un contexte encore une fois dominé par la crise sanitaire. Depuis le début de la mandature, elle s’invite dans nos décisions et nous devons constamment en tenir compte. Cela est particulièrement le cas pour les dépenses notamment en matériel, prestations complémentaires mais également personnel, qui ont généré un coût supplémentaire et inévitable.

A Nanterre, ces dépenses inédites se sont traduites vers davantage de solidarité. Solidarité bien entendu envers nos concitoyens avec l’exonération des prestations aux familles et le maintien de l’ouverture du muti-accueil pour les personnes dépourvus de garde, en particulier durant les deux derniers confinements, solidarité envers notre personnel avec l’achat de masques et de solutions hydro-alcooliques notamment et solidarité, pour terminer, avec les commerçants nanterriens à travers l’exonération des charges communales.

C’est dans ce contexte inédit et difficile que nous élaborons notre budget. A cela – et je pense qu’il est plus que pertinent de le rappeler – s’ajoute l’attitude de l’État qui, avec la baisse constante des dotations et le transfert continue de ses charges aux collectivités, constitue une difficulté supplémentaire. En effet, Nanterre, avec une péréquation équivalente à zéro depuis l’année dernière ainsi que la quasi-suppression de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), n’est malheureusement pas épargnée et doit faire face à des marges de manœuvre de plus en plus réduites.

L’année dernière, lors du vote relatif au budget primitif, je vous parlais d’un budget de combat pour notre ville. Nous sommes toujours dans ce même d’état d’esprit, en conformité au contrat que nous avons passé avec les Nanterriennes et les Nanterriens il y a pratiquement deux ans, un contrat que nous tenons à honorer et surtout à respecter. Combat pour continuer à apporter à nos concitoyens des prestations de haut-niveau, combat pour rendre cette ville toujours plus solidaire et attractive, combat par rapport aux défis qui nous attendent – et ils sont nombreux, de la transition écologique, à la lutte contre les inégalités en passant par la rénovation urbaine. Autant de projets qui nous tiennent à cœur et qui contribueront à faire de Nanterre, cette ville toujours plus innovante et agréable.

Face à un exécutif qui durant ces cinq années aura fait preuve d’un cynisme et d’une condescendance sans nom et face aux très probables mauvais coups que nous prépare le presque candidat Macron, il est de notre devoir en tant qu’élus de la République, de gauche de surcroit, de réagir en protégeant nos concitoyens tout en faisant preuve de responsabilité. La stratégie qui nous est présentée se trouve dans cette droite ligne et permettra à notre commune d’envisager avec sérieux et sérénité, une période post-Covid source de nouveaux enjeux mais également de nouveaux espoirs. A ce stade, l’équilibre financier comme indiqué dans le rapport n’est pas atteint et nous devons poursuivre notre travail de réflexion dans la perspective du vote du budget en mars. En l’état actuel des choses, une revalorisation de la fiscalité locale n’est malheureusement pas à écarter. Cette faible augmentation pourrait nous permettre d’équilibrer l’exercice sans remettre en cause notre action au service des Nanterriens, conformément à nos engagements et à notre ambition pour notre ville.

A travers ce choix, notre majorité, tout en faisant preuve de sérieux, reste fidèle à ses objectifs : faire de Nanterre une ville pour toutes et tous, une nécessité encore plus vive dans le monde post-crise qui se profile.

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.